Histoire

Vue du moulin
La roue

Le moulin fût bâti en 1571 sous le règne de Charles IX (un an avant la Saint Barthélémy) par la famille de Groslée, famille noble qui possédait une bonne partie du Dauphiné avec, entre autres, les seigneuries de Crémieu, Passins, Quirieu et Mépieu.


Après 1650, ce patrimoine devient la propriété du cardinal Le Camus, évêque de Grenoble, qui le vend le 26 juillet 1695 à Gabriel Flocard, seigneur de Mépieu. Après la révolution, le moulin tombera dans le domaine roturier, et s’y succéderont des générations de meuniers, dont, de 1823 à 1853, l’arrière grand-père de Maurice Rigot qui sera le dernier meunier de la commune de Creys Mépieu, arrêtant en 1956 d’exploiter le moulin à céréales et le moulin à huile installés par son arrière grand-père à Pré Grivet, 2 kms en amont du moulin d’Arche sur la rivière de Chogne.

 

A la fin du XIXième siècle et à l’heure du développement industriel, les meuniers de l’époque modernisent le moulin d’Arche pour le rendre plus performant. On enlève une paire de meules, et on la remplace par trois appareils à cylindres, machines qui éclatent puis écrasent la céréale entre deux cylindres en acier qui tournent à contre sens et à vitesse différente. Le moulin fut définitivement arrêté en 1937…pour ensuite tomber dans l’oubli pendant une soixantaine d’années.
Milieu des années 90, des passionnés redonnent vie au site et y développent 2 activités : la boulangerie et la restauration…activités qui perdurent de nos jours.

En boulangerie, nos boulangers fabriquent du pain issu de farines bio françaises comme on le faisait  il y a des siècles en utilisant des fours à bois gallo romains pour la cuisson. Pour ce qui est de la restauration, notre cuisinier travaille des produits frais et autant que possible locaux….dans un cadre hors du temps.